Comme dans toute la France, la Nuit de la lecture s’est déroulée le 19 janvier 2019 à l’Institut français d’Afghanistan (IFA).

En introduction M.Najib Manalai, écrivain afghan, a souligné l’importance du rôle de la lecture dans une société. « Lire est essentiel dans une société et plus particulièrement dans la société afghane. La lecture peut développer une nation et un peuple. »

Puis, Manoucher Fradis, responsable de l’édition Zaryab, a évoqué longuement la vie et les œuvres de Akram Osman, écrivain afghan (1937-2016).

Aref Bahram, professeur de la faculté des Beaux-Arts de l’université de Kaboul, a exposé les forces et les faiblesses des œuvres contemporaines des écrivains afghans.

Toute la soirée a continué avec de nombreuses lectures de textes.

En clôture de l’évènement, le livre « Kaboul, 1773-1948 », de l’historienne May Schinasi, a été présenté à l’assistance.

Ce livre a été traduit du français en dari (le persan afghan) par le Dr. Mohammad Shoaib Omari et M. Frid Ahmad Ahadi grâce à l’aide de l’ambassade de France à Kaboul, de l’Institut français d’Afghanistan, de la Fondation Aga Khan et  de l’ambassade de Norvège à Kaboul.

La fondation Aga Khan et le Book City Cultural Center étaient les partenaires de ce programme.