Du 28 février au 4 mars 2016 l’Institut français d’Afghanistan a accueilli le photographe Ferrante FERRANTI pour présenter plusieurs conférences et réaliser des prises de vues de plusieurs sites historiques majeurs dans la vallée de Bamiyan dans le cadre du 15ème anniversaire de la destruction des Bouddhas ; ces photographies feront l’objet d’une exposition à l’IFA au cours de l’année 2016.

Ruines de l’église Sainte-Claire, Guatemala, 2002 / © Ferrante FERRANTI

 

Le 1er mars, Ferrante FERRANTI invitait les étudiants de l’université américaine de Kaboul a retraverser une part de leur riche héritage culturel tout au long de sa conférence VOYAGE DANS L’INDE MOGHOL – De Babûr à Aurangzeb, une mise en valeur de l’héritage importé par les empereurs moghols en Inde et son rayonnement jusqu’à l’Afghanistan.

 

Le 2 mars, les étudiants du département des Beaux-Arts et du département de français de l’université de Kaboul ont bénéficié de la conférence LIRE LA PHOTOGRAPHIE – L’ŒIL INSTRUIT au cours de laquelle Ferrante FERRANTI leur a offert l’opportunité de redécouvrir l’art de la photographie et son rôle d’éveilleur : La photographie n’est pas qu’en deux dimensions ; elle fait appel à une troisième dimension : l’imaginaire qui est le reflet de nos êtres ; il s’agit donc d’apprendre à lire les images au lieu de seulement les regarder afin qu’elles prennent toute leur place et reflète notre sensibilité.

Le 3 mars matin, la fondation Agha Khan Trust for Culture et son public accueillait à son tour la conférence VOYAGE DANS L’INDE MOGHOL.

Un peu plus tard dans la journée, Ferrante FERRANTI animait une conférence à la Résidence de France, intitulée L’ESPRIT DES RUINES : Les ruines sont l’œuvre du temps et de la mémoire des hommes. Ils les ont provoquées ou découvertes, contemplées ou imaginées…

Traçant pendant près de deux heures un parcours complexe à travers les grandes civilisations et les lieux mythiques, dont Bâmiyân, qui ont fait rêver explorateurs, artistes et écrivains au cours des siècles, Ferrante FERRANTI a invité son auditoire à un voyage dans les vestiges du monde pour en révéler autant la poésie et la beauté que le sens.


Photographe-voyageur, Ferrante FERRANTI est engagé depuis trente ans avec Dominique Fernandez, de l’Académie française, dans une exploration commune du baroque et des différentes strates de civilisations, ses photos dialoguant avec les textes de l’écrivain, de la Sicile à Saint-Pétersbourg, de la Syrie à la Bolivie. Il a illustré en 2000 la réédition du livre « Mère Méditerranée », publié en 1952, et devenu un classique de la littérature de voyage.

Ferrante FERRANTI est le photographe d’une quarantaine d’ouvrages, sur l’Italie et la Méditerranée (la Syrie, la Libye ou l’Algérie antiques), la Russie, la Bolivie, le Portugal et le Brésil, l’Inde. Toute son œuvre témoigne de son intérêt pour la rencontre des civilisations. Il a notamment publié les ouvrages suivants : Méditerranées (Imprimerie Nationale), Mes chemins d’espérance (Editions Philippe Rey) et Maîtres invisibles(Actes Sud).

Pour en savoir plus et découvrir l’œuvre de Ferrante FERRANTI : http://www.ferranteferranti.com/