Du 6 au 17 mars 2016 l’Institut français d’Afghanistan a accueilli le plasticien Pascal CONVERT pour présenter plusieurs conférences et réaliser des prises de vues de plusieurs sites historiques majeurs dans la vallée de Bamiyan dans le cadre du 15ème anniversaire de la destruction des Bouddhas ; ces photographies réalisées en partenariat avec Messieurs Yves UBELMANN et Philippe BARTHÉLÈMY de la société ICONEM feront l’objet d’une exposition à l’IFA au cours de l’année 2016.

 

Le 15 mars, Pascal CONVERT a présenté une conférence afin de proposer aux étudiants et professeurs de réfléchir sur ce thème : QUELLE PEUT-ÊTRE LA RESPONSABILITÉ DE L’ARTISTE À L’HEURE DE LA DESTRUCTION DU SENSIBLE ?

Les photographies de presse qui m’ont inspirées dans les années 2000 des sculptures-monuments en cire, La Piétà du Kosovo (1990), La Madone de Bentalha (1997) ont été prises avec des appareils argentiques  ce qui impliquait un temps différé entre leur enregistrement et leur diffusion. En 2001 la destruction en miroir des Bouddhas géants à Bamiyan et des Twin Towers à New York nous a appris que le retour des conflits culturels, économiques et surtout religieux irait de pair avec une utilisation politique de la puissance des images.

A partir de 2003 on a assisté à une accélération vers le tout numérique avec  la mise sur le marché du premier téléphone portable incluant un capteur photo. L’année suivante, le 28 avril 2004, des clichés de prisonniers d’Abou Ghraib réalisés à titre privé par des soldats ont ouvert la porte au devenir porcherie du sensationnel. Depuis cette époque le constant « bombardement intensif » de notre conscience par d’incessants assauts de matériel visuel submerge des spectateurs hypnotisés et transforme la réflexion critique en une forme aiguë de “présentisme” qui dés-historicise.

Si l’artiste tient sa force d’une relation singulière, anachronique, déphasée, asynchrone avec son propre temps que peut-être sa responsabilité à l’heure de l’instantanéité de la transmission des images, d’une hyper synchronisation des libido, d’une destruction du sensible et de sa mémoire? Dans le cadre de mon travail ma voie d’accès au présent à la forme d’une archéologie.

 

Mort de Mohamed Al dura, 2002-2003, Cire, 165x230x35cm. Collection Mudam Luxembourg.

D’après les photogrammes extraits de la vidéo du caméraman Talal Abou Rhameh

Pour en savoir plus et découvrir l’œuvre de Pascal CONVERT : http://www.pascalconvert.fr/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mort de Mohamed Al dura, 2002-2003, Cire, 165x230x35cm. Collection Mudam Luxembourg.

D’après les photogrammes extraits de la vidéo du caméraman Talal Abou Rhameh