Du 29 août au 11 septembre 2014, l’IFA accueillera l’artiste française Margalit BERRIET, commissaire international aux expositions et fondatrice de l’Association Mémoire de l’Avenir.

Son exposition sera présentée à l’IFA du 1er au 10 septembre ; 

Durant son séjour, Margalit proposera une conférence sur l’origine de l’art et une autre sur les symboles en tant que langage universel et mémoire de l’avenir aux étudiants du département des arts graphique de l’Université de Kaboul ; elle donnera également plusieurs master class à ces étudiants. 

Son travail d’artiste inclut une recherche sur les relations humaines, qui repose notamment sur la conscience de nos émotions, de leurs causes et de leurs conséquences.

Considérant que le travail de l’artiste ne se limite pas à la dimension esthétique de son œuvre mais va bien au-delà par son message, sa provocation, sa proposition, sa critique, sa réflexion et la communication qu’il va susciter, Margalit intervient notamment en Allemagne, Jordanie, Palestine, Turquie, Sénégal, etc. auprès de la société civile et des artistes pour acérer leur créativité : l’art et la culture peuvent contribuer à mieux nous connaître et à partager un monde dans toutes ses pluralités et ses différences.

 C’est dans cet esprit qu’elle interviendra auprès des artistes et étudiants de Kaboul et qu’elle présentera les travaux qu’elle mène avec son association Mémoire de l’Avenir – MDA.

 Mémoire De l’Avenir regroupe des artistes et des chercheurs autour d’un programme d’actions interculturelles et à vocation artistique, culturelle et pédagogique. Son but est de transmettre, auprès de toutes les générations, un message de paix, d’ouverture et d’acceptation des différences pour favoriser la compréhension mutuelle des cultures et des individus.

Mémoire de l’Avenir est née de la volonté de lutter contre toutes les formes d’inégalités, de stéréotypes et de préjugés envers la différence, qu’elle soit physique, psychique, de genre, d’origine ou culturelle. MDA a développé un travail de questionnement et de recherche pour construire une méthodologie originale basée sur l’art comme vecteur de rencontre et de dialogue. Le constat initial que la méconnaissance de l’autre, l’ignorance et le manque d’éducation sont à l’origine de ces préjugés a logiquement mené MDA à vouloir favoriser l’accès à la culture et à la connaissance pour tous.